Accueil » OpenShift vs Kubernetes : avantages, différences et lequel choisir ?

OpenShift vs Kubernetes : avantages, différences et lequel choisir ?

Kubernetes et Red Hat OpenShift sont aujourd’hui deux des principaux outils d’orchestration de conteneurs sur le marché. Dans cet article, nous allons discuter de ces outils et quelles sont les différences entre eux.

La plupart des environnements de production ont commencé à utiliser des conteneurs car ils sont facilement évolutifs, rentables, meilleurs que les machines virtuelles et déployables plus rapidement. Bien sûr, c’est plus facile lorsque vous travaillez avec 10 à 20 conteneurs, mais imaginez si votre environnement de production d’un cluster Kubernetes comporte des centaines de conteneurs. Il devient difficile de gérer le cycle de vie des conteneurs avec plusieurs conteneurs fonctionnant en parallèle. C’est pourquoi vous avez besoin d’une plate-forme/outil d’orchestration de conteneurs pour gérer l’ensemble du déploiement, de la mise à l’échelle, de l’organisation et de la gestion automatisés des conteneurs.

Comparer Kubernetes avec OpenShift ne serait pas juste car ces outils d’orchestration de conteneurs sont deux projets différents. Kubernetes est un projet open source, tandis qu’OpenShift est un produit des offres Red Hat. Comparer Kubernetes avec OpenShift, c’est comme comparer un moteur de voiture avec une voiture. C’est parce que Kubernetes lui-même est la partie centrale de l’architecture globale d’OpenShift. Permettez-moi maintenant d’expliquer brièvement ce que sont Kubernetes et OpenShift.

Qu’est-ce que Kubernetes ?

Kubernetes est actuellement l’outil d’orchestration de conteneurs le plus populaire, open source et largement utilisé pour le déploiement et la mise à l’échelle automatiques des conteneurs. Cet outil open source a été créé en 2014 par Google et développé par une fondation informatique native du cloud utilisant le langage de programmation Go.

Kubernetes a une architecture maître-esclave pour avoir un nœud maître et de nombreux nœuds de travail dans un cluster Kubernetes. Il y aura plusieurs parties exécutées à l’intérieur de chaque nœud de travail qui ne sont rien d’autre qu’un groupe de conteneurs combinés en une unité de travail. Kubernetes utilise YAML pour définir les ressources envoyées au serveur d’API pour créer l’application réelle.

Avantages de Kubernetes

  • Puisqu’il est open-source, il est libre d’utiliser pour n’importe quelle plate-forme
  • Il dispose d’une communauté active massive de développeurs et d’ingénieurs, ce qui aide à publier de nouvelles fonctionnalités en continu.
  • Vous pouvez annuler et déployer facilement pour gérer automatiquement les temps d’arrêt
  • Pour la distribution du trafic réseau, il offre des capacités d’équilibrage de charge
  • Il prend en charge différents langages et frameworks de programmation, ce qui donne de la flexibilité aux développeurs et aux administrateurs
  • Il aide à utiliser les ressources de l’infrastructure de manière très efficace et à réduire le coût global
  • Il est livré avec un tableau de bord par défaut qui offre une tonne d’informations pour tout comprendre sur le cluster

Red Hat OpenShift

OpenShift est une plate-forme de conteneurs de niveau entreprise développée par Red Hat. Il est écrit dans les langages de programmation Go et AngularJS, et la version initiale est sortie en 2011. Vous pouvez utiliser Red Hat OpenShift pour les applications cloud natives et traditionnelles.

Red Hat OpenShift est optimisé par Kubernetes, qui vous permet d’exécuter des applications à l’intérieur de conteneurs. OpenShift est livré avec un tableau de bord d’interface Web et une CLI, qui aident les développeurs et les ingénieurs logiciels à créer leurs codes d’application. Il permet également aux ingénieurs DevOps de gérer et de surveiller le cluster Kubernetes.

Avantages de Red Hat OpenShift :

  • Il prend en charge l’initiative de conteneur ouvert (OCI) pour l’hébergement et l’exécution de conteneurs
  • Il comprend de nombreux correctifs pour les problèmes de sécurité, de défauts et de performances
  • Il peut créer et déployer l’application plus rapidement avec agilité
  • Il est simple à intégrer à de nombreux autres outils DevOps
  • Il valide plusieurs plugins tiers pour chaque version
  • À l’aide d’une console unifiée sur Red Hat, il peut rapidement mettre en œuvre et appliquer des politiques
  • Il prend en charge Prometheus et Grafana, ce qui aide à surveiller le cluster
  • Il peut être facilement utilisé avec n’importe quel fournisseur de cloud ou sur site

OpenShift vs. Gouverneurs

#1. Open Source vs Commercial

La différence la plus fondamentale entre Kubernetes et OpenShift est que Kubernetes est un projet open source et OpenShift est un produit commercial au niveau de l’entreprise. Cela signifie que Kubernetes est un outil autonome. Si un problème ou un bogue est identifié dans cet outil, les gens contactent la communauté Kubernetes, qui se compose de nombreux développeurs, administrateurs, architectes, etc., pour résoudre le problème.

Alors que dans OpenShift, vous bénéficiez d’une bonne option d’assistance payante pour résoudre tout problème avec cet abonnement au produit Red Hat. Avec un abonnement OpenShift, vous pouvez également gérer l’infrastructure publique, privée et virtuelle via Red Hat CloudForms.

#2. Déploiement

Le déploiement d’une application dans l’environnement de production est une étape cruciale du processus DevOps, et OpenShift le rend très simple. Il prend automatiquement en charge chaque étape du développement au déploiement, vous n’avez donc pas à vous soucier de chaque étape du pipeline CICD pour faire les choses manuellement. Ainsi, même en tant que débutant, vous vous sentirez très à l’aise avec OpenShift pour exécuter un pipeline CICD pour le déploiement d’applications. Dans OpenShift, le déploiement est effectué à l’aide de la commande DeploymentConfig.

D’autre part, le déploiement dans Kubernetes est complexe et souvent effectué uniquement par un expert. Vous devrez configurer manuellement chaque étape du pipeline pour le déploiement de l’application. Les objets de déploiement sont utilisés dans le cas des déploiements Kubernetes et ils peuvent gérer plusieurs mises à jour simultanées.

#3. La gestion

Dans Kubernetes, vous pouvez initialement gérer le cluster à l’aide du tableau de bord par défaut. Mais en raison de ses fonctionnalités limitées et de son interface utilisateur de base, à mesure que la taille du cluster augmente, vous devrez ajouter des outils plus avancés tels que Istio, Prometheus, Grafana pour gérer le cluster avec facilité.

Red Hat OpenShift propose un tableau de bord convivial pour gérer le cluster. La console Web d’OpenShift fournit des capacités pour effectuer certaines opérations avancées sur le cluster pour une meilleure gestion. OpenShift suggère également d’intégrer le cluster avec la pile EFK et Istio. Et enfin, les playbooks et le programme d’installation disponibles dans OpenShift vous aident à gérer le cluster en douceur.

#4. Évolutivité

Qu’il soit virtualisé ou bare metal, un cluster contiendra plusieurs machines virtuelles. Dans Kubernetes, l’ajout de machines virtuelles prend beaucoup de temps. Cela nécessite que les développeurs créent des scripts YAML pour cela.

Alors que dans OpenShift, la mise à l’échelle se fait sans effort. OpenShift peut amener les machines virtuelles dans le cluster plus rapidement avec les programmes d’installation disponibles et les playbooks Ansible. De plus, le processus de mise à l’échelle dans OpenShift est simple.

#5. La flexibilité

Kubernetes est livré avec beaucoup de flexibilité car il n’y a pas de façon fixe de travailler avec. Vous pouvez utiliser n’importe quel système d’exploitation avec plus de limitations pour exécuter Kubernetes. Kubernetes a aidé de nombreuses organisations à sortir de leurs architectures héritées, car elles étaient assez obsolètes et ne répondaient pas aux besoins actuels du marché.

Vous ne pouvez pas utiliser tous les systèmes d’exploitation lorsque vous travaillez avec OpenShift. Vous ne pouvez utiliser que les distributions Red Hat, FedoraOS et CentOS avec OpenShift.

#6. Sécurité

Les politiques de sécurité d’OpenShift sont plus strictes que celles de Kubernetes. Par exemple, OpenShift ne vous permet pas d’exécuter les conteneurs en tant que root. Il empêche également les utilisateurs d’utiliser de nombreuses images officielles présentes sur DockerHub. Ainsi, tout en travaillant avec OpenShift, vous devrez d’abord vous renseigner sur ses politiques de sécurité. Mais à cause de ces restrictions, l’authentification et l’autorisation dans OpenShift sont plus fiables que Kubernetes.

Alors que dans Kubernetes, la mise en place d’une capacité d’authentification et d’autorisation appropriée demanderait beaucoup d’efforts. Contrairement à OpenShift, les clusters Kubernetes peuvent avoir de nombreuses images Docker vulnérables si les outils d’analyse de conteneur ne sont pas intégrés au cluster. Kubernetes propose des fonctionnalités de contrôle d’accès basé sur les rôles (RBAC), mais cela ne suffit pas pour le niveau de sécurité avancé requis dans les environnements de production. Ainsi, par rapport à OpenShift, de nombreuses améliorations de sécurité doivent encore être apportées à Kubernetes.

#6. Interface Web

Pour effectuer tout le travail d’administration du cluster, vous avez besoin d’une interface Web adaptée et facile à utiliser. Et c’est ce que propose OpenShift. Il dispose d’un login simple pour chaque utilisateur, et après s’être connecté, il donne la visualisation complète du cluster, ce qui est très facile à comprendre. OpenShift de Red Hat dispose d’une console Web conviviale qui permet aux ingénieurs DevOps d’exécuter des tâches Kubernetes et aux équipes d’exploitation de surveiller confortablement l’application. Le contrôle dispose de plusieurs options telles que la génération, le déploiement, la mise à jour, la mise à l’échelle, l’exposition, etc., qui peuvent être implémentées d’un simple clic sur un bouton.

Kubernetes est livré avec un tableau de bord de base qui ne peut vous aider que pour les tâches de base. De plus, le tableau de bord n’est pas très convivial par rapport aux autres tableaux de bord disponibles sur le marché. C’est pourquoi les ingénieurs DevOps préféreraient intégrer le tableau de bord Kubernetes par défaut avec d’autres outils de visualisation comme Prometheus et Grafana.

Pour résumer, voici un tableau des différences entre Red Hat OpenShift et Kubernetes :

Différences Gouverneurs OpenShift
Développeur Fondation de l’informatique native en nuage Logiciel RedHat
Date de sortie initiale 7 juin 2014 4 mai 2011
Écrit en Aller Allez, AngularJS
La gestion La gestion des conteneurs est complexe Utilise ImageStreams pour gérer facilement plusieurs images de conteneurs
Déploiement Prend en charge toutes les plateformes cloud et Linux Prend en charge uniquement les distributions Red Hat, CentOS et Fedora
La flexibilité Open source, donc meilleure flexibilité A une flexibilité limitée
Sécurité Le niveau de sécurité peut être maintenu facilement Les politiques de sécurité ici sont strictes
La mise en réseau Il manque une bonne solution de mise en réseau mais vous permet d’ajouter 3rd plugins de réseau de fête. Venez avec sa solution de mise en réseau pour les utilisateurs
Courbe d’apprentissage Pas facile pour les débutants, plus adapté aux professionnels DevOps Convient aux débutants

Conclusion

Tout cela concernait Kubernetes, OpenShift et leurs différences. Les deux plates-formes d’orchestration de conteneurs sont en demande dans l’industrie informatique. Ainsi, en fonction de vos besoins, vous pouvez choisir la plate-forme d’orchestration de conteneurs la mieux adaptée à votre organisation.

Vous devriez opter pour Kubernetes si vous avez besoin de flexibilité dans vos projets. Mais si vous pouvez suivre une approche définie et que vous souhaitez utiliser une plate-forme d’orchestration de conteneurs avec une facilité de déploiement et de gestion, OpenShift est un meilleur choix. Et si vous êtes dans le domaine DevOps depuis quelques années, vous pouvez tenter votre chance avec Kubernetes. Mais si vous êtes un débutant, choisissez OpenShift car cela vous simplifiera la plupart des choses.

Vous pouvez désormais choisir entre Red Hat OpenShift et Kubernetes.

{Vous êtes quasiment certains le point de monter votre boutique en ligne et c’est le moment de choisir un site web ( ou CMS ). Mais vous savez que ce n’est pas une décision à prendre à la légère. Le CMS que vous emploirez doit avant tout : Être simple à manier et configurer. Être pratique à customiser. Et bien sûr, être fiable. Être optimisé pour le position SEO. Offrir différentes fonctionnalités supplémentaires en matière de digital. C’est pourquoi aujourd’hui nous désirons vous parler d’un des CMS les plus courants du moment : Shopify. Dans cet article, nous allons vous expliquer : Ce qu’est Shopify et ce qu’il a de spécifique. Les différents prix qu’il propose. Ses possibilités et ses inconvénients par rapport à d’autres logiciels. Mais attention, cela ne prend fin pas là, en bonus nous allons vous donner une série de conseils pour optimiser le SEO de cette plateforme si vous optez finalement pour celle ci. C’est parti ! [ ]Qu’est-ce que Shopify et pourquoi vous devriez envisager de l’utiliser ? a l’opposé de d’autres plateformes de e-commerce, Shopify fonctionne comme un SaaS ( Software as a Service ). Cela veut dire que vous n’avez rien à monter sur votre ordinateur pour l’utiliser puisqu’elle se trouve dans le cloud. par ailleurs, la plateforme s’engage de configurer tous les aspects techniques de votre société : le serveur, la passerelle de paiement, les mises à jour…Ainsi, vous n’aurez qu’à vous charger de la configurer et d’attirer des prospects. Mais attention, cela a un prix : pour utiliser Shopify, il faudra payer un abo mensuel. ✅ 1. Combien coûte Shopify ? Au début, Shopify met à votre disposition 14 jours d’essai gratuit. Mais à la fin de cette période, vous devrez prendre un de ses plans payants pour poursuivre à l’utiliser. Voici les trois possibilités proposées : Plan Basic Shopify ( 29 $/mois ) : le plus simple. Il vous permet de concevoir des produits et des catégories illimités. Plan Shopify ( 79 $/mois ) : en plus des particularités précédentes, ce plan offre la possibilité de créer des codes de réduction et des rapports de performance. Plan Advanced Shopify ( 299 $ ) : pour les commerces de grande taille. Si vous avez plusieurs grossistes extérieurs, ce plan vous permettra de calculer automatiquement les frais d’envoi avec chacun. À cela, vous devez aussi ajouter le tarif ( entre 2, 4 % et 1, 8 %, selon le plan que vous avez choisi ) paiement reçu par carte de crédit.|2. Avantages de ShopifyL’idée de payer pour un CMS peut vous décourager, mais dites-vous que les personnes de Shopify n’ont fait que d’accroître ces dernières années. il existe bien une raison, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *